Vie et joie à vous qui cherchez Dieu!

vendredi 12 décembre 2014

Lettre adressée des Supérieurs généraux des 15 Congrégations de Frères

Nous Sommes Tous Frères«Cette Année ne pourrait-elle pas être l’occasion de sortir avec plus de courage des frontières de son propre Institut, pour élaborer ensemble, au niveau local et global, des projets communs de formation, d’évangélisation, d’interventions sociales ?»
(Le pape François)
Très chers frères,
La question que pose le pape François nous interpelle, nous, comme représentants de quinze congrégations de religieux Frères et nous voulons partager avec vous ce qu’elles provoquent en nous. Nous voulons en vous écrivant cette circulaire vous communiquer l’exaltante vision qui nous habite en travaillant ensemble pour réaliser le rêve que Dieu a pour l’humanité.

dimanche 30 novembre 2014

LETTRE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS À TOUS LES CONSACRÉS À L'OCCASION DE L'ANNÉE DE LA VIE CONSACRÉE

Chères consacrées et chers consacrés !

Je vous écris comme Successeur de Pierre, à qui le Seigneur a confié la tâche de confirmer ses frères dans la foi (cf. Lc 22, 32), et je vous écris comme votre frère, consacré à Dieu comme vous.
Remercions ensemble le Père, qui nous a appelés à suivre Jésus dans la pleine adhésion à son Évangile et dans le service de l'Église, et qui a répandu dans nos cœurs l'Esprit Saint qui nous donne la joie et nous fait rendre témoignage au monde entier de son amour et de sa miséricorde.
En me faisant l'écho du sentiment de beaucoup d'entre vous et de la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, à l'occasion du 50ème anniversaire de la Constitution dogmatique Lumen gentium sur l'Église, qui au chapitre VI traite des religieux, comme aussi du Décret Perfectae caritatis sur le renouveau de la vie religieuse, j'ai décidé d'ouvrir une Année de la Vie Consacrée. Elle commencera le 30 novembre prochain, 1er dimanche de l'Avent, et se terminera avec la fête de la Présentation de Jésus au Temple, le 2 février 2016.
Après avoir écouté la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique, j'ai indiqué comme objectifs pour cette Année les mêmes que saint Jean-Paul II avait proposés à l'Église au début du troisième millénaire, reprenant, d'une certaine façon, ce qu'il avait déjà indiqué dans l'Exhortation pos-synodale Vita consecrata: «Vous n'avez pas seulement à vous rappeler et à raconter une histoire glorieuse, mais vous avez à construire une histoire glorieuse! Regardez vers l'avenir, où l'Esprit vous envoie pour faire encore avec vous de grandes choses» (n. 110).

I – Les objectifs pour l'Année de la Vie Consacrée
1. Le premier objectif est de regarder le passé avec reconnaissance. Chacun de nos Instituts vient d'une riche histoire charismatique. À ses origines est présente l'action de Dieu qui, dans son Esprit, appelle certaines personnes à la suite rapprochée du Christ, à traduire l'Évangile dans une forme particulière de vie, à lire avec

lundi 17 novembre 2014

Beauraing

Rencontre de la CoReB Jeunes

14 - 15 novembre

A trente religieux et religieuses nous nous sommes réunis au sanctuaire de Beauraing autour du thème de : « l'affectivité et le célibat. » Sœur Bénédicte de Brouwer de Rixensart nous a guidés dans ce thème passionnant qu'est le psychisme humain. Elle a exposé les trois phases de la psychanalyse : le stade oral, le stade anal et le stade phallique pour montrer les applications dans le vie religieuse.
Le stade oral donne la perspective du « devenir indépendant ». L'application dans la vie religieuse est de grandir dans une liberté, c'est-à-dire d'éviter les relations fusionnelles de tout genre. Et se donner un espace de solitude où on peut intérioriser ses possibilités et ses limites. Cette phase s'articule sous la forme d'une présence/absence de l'autre, de l'Autre. Dieu ne comble pas nos désirs affectifs, mais il se révèle alors comme le tout Autre que nous pouvons rencontrer.
Le stade anal mène sur la voie de « pouvoir être ce que je suis et apprendre à vivre avec les autres. » Dans le concret de la vie religieuse, le but est de trouver sa propre place, et supporter patiemment les petites corrections, voir même les injustices à notre égard. C'est dans cette épreuve du quotidien, qu'avec l'aide de l'humour on arrive à vaincre les difficultés de nos imperfections. Ces dernières doivent être intégrées et acceptées par nous-mêmes. Elles sont probablement ce qui fait de nous des êtres aimables.
Enfin, le stade phallique nous fait « entrer dans l'histoire en tant que femme et en tant qu'homme. » Dans la vie religieuse, le célibat librement choisi et intégré rend la femme plus femme et l'homme plus homme. Le fruit du célibat est « la capacité d'assumer les inévitables frustrations et déceptions de la vie. »

Nos réunions semestrielles sont cependant bien plus que le thème choisi. Elles sont des échanges de regards, de paroles et de prières qui nous portent dans le quotidien. Elles nous font sentir frères et sœurs dans la vérité.

dimanche 2 novembre 2014

Le devoir de scruter, 2eme lettre pour l’Année de la vie consacrée

Les consacrés à l’écoute des cris de l’humanité

La personne consacrée est appelée à «se mesurer continuellement à des demandes et des passions criées par l’humanité». Elle doit donc « avoir le cœur en profonde harmonie avec les hommes et les femmes de son temps pour pouvoir les consoler et, lorsque c’est nécessaire, les réveiller», déclare Mgr Carballo.
Mgr José Rodriguez Carballo, ofm, secrétaire de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, a présenté la deuxième lettre circulaire en préparation de l’Année de la vie consacrée à l’Université pontificale urbanienne, le 15 octobre 2014.
Le document, dont le titre est "Scruter. Aux consacrés et consacrées en chemin sur les signes de Dieu", poursuit le parcours indiqué dans la première lettre intitulée "Réjouissez-vous". L’Osservatore Romano du 18 octobre rapporte des extraits de l’intervention de Mgr Carballo.
Le point de départ, a expliqué le secrétaire, est l’image biblique de la nuée, «comme signe de la présence, de la bonté et de la fidélité de Dieu, qui guide son peuple dans le désert».
La lettre exhorte les religieux à «scruter», c’est-à-dire à «examiner en profondeur pour voir ce qui n’est pas évident ou visible», «chercher avec soin, avec attention» et «chercher intensément, avec passion».
La personne consacrée est appelée à «se mesurer continuellement à des provocations», à des «demandes et des passions criées par l’humanité». Elle doit donc «avoir le cœur en profonde harmonie avec les hommes et les femmes de son temps pour pouvoir les consoler et, lorsque c’est nécessaire, les réveiller».
Mais elle doit aussi «rester vigilante pour préserver à tout moment la recherche du visage de Dieu et la suite du Christ en se laissant guider par l’Esprit». En effet, «il n’est jamais permis aux consacrés de s’endormir» sous peine de «perdre toute signification évangélique et donc la raison même du choix de la vocation», a mis en garde Mgr Carballo.
Il a donné trois connotations du terme «scruter» : la vigilance, comme «la sentinelle du matin», qui «ouvre grand les yeux et les oreilles de son cœur pour s’apercevoir du passage du Seigneur dans l’histoire et entendre le murmure de sa voix».
La seconde invite à «reconnaître la nuée, même si elle est petite», en dépassant les «signes de mort» et en valorisant les «signes de vie», ce qui veut dire «séparer le bien du mal, pour choisir le bien».
La troisième, enfin, évoque l’ouverture aux nouveautés, «à l’imprévu de Dieu» : «devant la perplexité du moment actuel et la crise que vit la vie consacrée, il n’y a pas d’autre voie pour comprendre quelles sont les décisions que nous devons prendre... sachant que l’on n’a jamais fini de scruter», a-t-il conclu.




(Source: http://www.corref.fr/Le-devoir-de-scruter-2e-lettre.html)

dimanche 19 octobre 2014

Le Logo de l’Année de la Vie consacrée

(Source: site de Vidimus Dominum: http://vd.pcn.net/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1383:le-logo-de-lannee-de-la-vie-consacree&catid=38:vie-consacree&Itemid=40)


LE LOGO
Une colombe soutient avec légèreté sur son aile un globe polyédrique, tandis qu’elle plane sur les eaux qui s’écoulent, et sur lesquelles se lèvent trois étoiles, protégées par l’autre aile.

Le Logo pour l’Année de la Vie consacrée, œuvre de la peintre Carmela Boccasile, exprime par symboles les valeurs fondamentales de la vie consacrée. On y reconnait l’ « œuvre constante de l’Esprit Saint, qui déploie au cours des siècles les richesses de la pratique des conseils évangéliques grâce aux multiples charismes et qui rend ainsi perpétuellement présent le mystère du Christ dans l’Eglise et dans le monde, dans le temps et dans l’espace » (VC 5).
Dans le signe graphique qu’esquisse la colombe se devine en arabe le mot Paix : un rappel à la vocation de la vie consacrée à être exemple de réconciliation universelle en Christ.


LES SYMBOLES DANS LE LOGO
La colombe sur les eaux
La colombe fait partie du symbolisme classique pour représenter l’œuvre de l’Esprit Saint, source de vie et de créativité. C’est le rappel des débuts de l’histoire : au commencement, l’Esprit de Dieu tournoyait sur les eaux (cf Gn 1, 2). La colombe, planant sur une mer pleine de vie inexprimée, rappelle la fécondité patiente et confiante, pendant que les signes qui l’entourent révèlent l’action créatrice et rénovatrice de l’Esprit. La colombe évoque également la consécration de l’humanité du Christ dans le baptême.

dimanche 28 septembre 2014

Rencontre des Jeunes de la COREB au sanctuaire de Beauraing du 14-15/11/2014

Vendredi 14/11

17h00 : Accueil
17h30 : Eucharistie
18h30 : Souper
19h30 : Exposé introductif
20h30 : Soirée détente
22h00 : Complies

Samedi 15/11

7h30: Déjeuner
8h30 : Laudes avec la communauté
09h05 : Conférence
10h00 : Pause
10h15 : Carrefour
11h10: Paiement
11h30 : Eucharistie
12h20 : Dîner
13h15 : Balade
14h00 : Conférence
15h00 : Carrefour
15h30 : Goûter
16h00 : Plenum (Questions – Réponses)
16h45 : évaluation

17h00 : Au revoir !

samedi 20 septembre 2014

Réunion CoReB-Jeunes 14-15 novembre 2014
Tu as entre 0 et 10 ans de vie religieuse ou moins de 45 ans d’âge

Quelle que soit la communauté religieuse dont tu es membre (contemplative, apostolique, nouvelle…), les jeunes de la COREB (conférence des religieuses/religieux en Belgique), t’invitent pour un temps de formation, d’approfondissement et de rencontre fraternelle.

Avec Sœur Bénédicte DE BROUWER moniale du monastère de Rixensart, nous te proposons le thème :   
« L’affectivité »

À ton agenda : du vendredi 14 (17h00) au samedi 15 novembre 2014 (17h30) à Beauraing :


À emporter : Bible, Prière de temps présent, chaussures de marche, instrument de musique, serviettes de bain, draps de lit.

lundi 30 juin 2014

Invitation à la célébration des vœux perpétuels de Sœur Léonie

Ce mercredi 16 juillet, sœur Léonie Malonda émettra ses vœux perpétuels. La célébration aura lieu à Banneux à 16 heures dans la chapelle du message du sanctuaire. Nous sommes tous invités à nous joindre à la fête. Etant donné le lieu marial, nous voulons vous proposer de vivre les vœux de sr. Léonie dans l'esprit d'un pèlerinage. Chacun pourra venir, selon ses disponibilités, au courant de l'après midi pour se recueillir au sanctuaire avant de participer ensemble à la célébration.

samedi 28 juin 2014

Calendrier de l'année de la vie consacrée 
2014 - 2016

La célébration de l'ouverture de l'année de la Vie Consacrée aura lieu le 29 novembre 2014 avec une veillée de prière qui précédera le premier dimanche de l'Avent. La clôture sera célébrée le 2 février 2016, précédée d'une veillée de prière.

Au niveau mondial, l'Eglise nous proposera quatre temps de réflexion et de partage à Rome. Ainsi, nous pouvons énumérer:
1. Une rencontre œcuménique des consacrés et consacrées (22-24 janvier 2015)
2. Un séminaire pour formateurs et formatrices à la Vie Consacrée (8-11 avril 2015)
3. Des ateliers pour les jeunes consacrés et consacrées (23-26 septembre 2015)
4. Une semaine mondiale de la Vie Consacrée dans l'unité; Vie Consacrée dans l'Eglise: la SEQUELA EVANGELIQUE vers l'avenir. Les participants: Vie monastique - Instituts Apostoliques et Sociétés de Vie Apostolique  - Instituts séculiers - Ordo Virginum - Nouveaux Instituts.


L'Eglise nous ouvre pour cette année de la Vie Consacrée sept itinéraires:
1. Ateliers de recherche et de partage organisés par les Universités Pontificales érigées  par les Ordres religieux sur des thèmes et quaestiones de VC.
2. Memoria sanctorum de la vie consacrée. Stationes en divers lieux du monde ayant une signification apostolique particulière.
3. Memoria martyrum consacrés et consacrées des XXe et XXIe siècles. Stationes en divers lieux du monde ayant donné un témoignage particulier.
4. Chaîne mondiale de prière entre les monastères. Stationes en divers monastères du monde ayant une signification monastique particulière.
5. Section monastique on-line du STUDIUM pour les moniales.
6. Chemins porteurs de sens évangélique décidés et mis en œuvre en interaction entre Instituts apostoliques, Sociétés de vie apostolique, Vie monastique, Instituts séculiers, Ordo virginum,  Nouveaux Instituts.
7. Via pulchritudinis. “J’ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie, pour contempler le Seigneur dans sa beauté et m’attacher à son temple saint ” (Ps 27, 4). Les langages de l’art dans la Vie consacrée pour la contemplation et l’annonce de la vérité et de la beauté de la foi.
(source: http://vd.pcn.net/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1267:annee-de-la-vie-consacree-20142016&catid=38:vie-consacree&Itemid=40)

mercredi 28 mai 2014

Maredsous
Rencontre de la CoReB Jeunes
23 - 24 mai

En l’abbaye bénédictine de Maredsous, se sont réunis, du 23 au 24 mai, les membres de la COREB jeunes, autour d’un sujet brûlant et actuel : “à la découverte de l’Islam ...” par le Dr Philippe Van Vlaenderen*. La méthodologie proposée par les organisateurs, a permis d’extraire un maximum de « substantifique moelle », en un temps très compact.
Nous nous sommes donc retrouvés le vendredi 23 mai, une trentaine de membres, majoritairement contemplatifs cette fois-ci. Que de chemin parcouru depuis les débuts d’une « petite graine de moutarde » composée de cinq ou six membres ….Et maintenant, quelle grâce et quelle joie sincère et authentique de se retrouver après six mois ! Une belle fraternité s’est manifestée dès les premières retrouvailles, parmi les membres des différentes congrégations, ordres, cultures et origines ! Tous unis et rassemblés par une même quête du silence éternel des espaces infinis. L’œuvre de l’Esprit-Saint s’est manifesté, dans l’évolution et l’approfondissement des différents engagements pris dernièrement par les uns et les autres : des prises d’habits (Sr Tiziana, Sr Marie-Gédéon, Fr Jérôme), des professions (Sr Marie-Charlotte, Fr Estephan, Fr Paul), une ordination sacerdotale (Fr Damien).
Ces deux jours, si intenses, ont été l’occasion de vivre l’Evangile et de réfléchir aux formes et aux rythmes de notre vie monastique. Après une Eucharistie recueillie et bien préparée, dans la joie, a suivi une soirée festive, qui aura été l’occasion d’exprimer tant de talents artistiques, lyriques et musicaux ! Que de richesse humaine et culturelle dans l’élégance gestuelle des danses coréennes, des chants à capela, en italien, en libanais, ou dans les lectures de textes judicieusement choisis, lus d’une voix claire et cristalline. Pour faire sagement et sainement la part des temps, la soirée se termina par les complies en rendant grâce et louange pour tant de bienfaits. Une sincère fraternité s’est aussi exprimée par le zèle de chacun pour rendre chaque office le plus recueilli et vrai possible, tendant vers une réelle communion des cœurs et une harmonie des voix.
Le Dr Van Vlaenderen, nous a proposé de suivre un chemin qui a, sans doute, dérouté certains. Car il a soigneusement évité de s’engouffrer dans les sujets et les clivages «eux-nous » habituels, qui mènent aux discussions stériles et non à un vrai dialogue. Il est donc parti des racines communes, en tant que fils d’Abraham, vers les différentes branches, brindilles, rejetons et fleurs de ce tronc commun. Il a répondu aux questions suivantes : du point de vu coranique ; qui est Jésus ?; qui est la Vierge Marie ?; qui sont les prophètes ?; la foi pour les chrétiens, versus la foi pour les musulmans. Un musulman est considéré comme tel lorsqu’il s’appuie sur les cinq piliers suivants:
  • La chahada : «je témoigne qu’il n’y a de vraie divinité qu’Allah et que Mahomet est son messager » ;
  • La salat : prière quotidienne ;
  • La zakât : aumône ;
  • Le ramandan : jeûne annuel ;
  • Le hajj : le pèlerinage à la Mecque au moins une fois dans sa vie, si on en a les moyens matériels et physiques.
Puis, progressivement, notre conférencier nous a menés habilement à revoir et à partager nos aventures et nos liens avec des musulmans, en partant de la base. C'est-à-dire, des expériences de la vie quotidienne et personnelle, des uns et des autres. Il nous a partagé aussi sa vie en Tunisie et auprès de la communauté musulmane de Bruxelles, dont il nous a exposé l’histoire, l’évolution et les tendances. Les termes « gentillesse, générosité, partage, accueil » revenaient souvent.
Pour conclure : comment instaurer un dialogue, dans le respect, le calme et l’amabilité** ? En menant des actions ensemble ; prier, travailler, se détendre, faire du social ensemble. En évitant certaines attitudes et comportements vis-à-vis des musulmans, tels qu’essayer de les assimiler, de leur imposer quoi que ce soit ou d’interdire sans raison. En restant lucide et objectif, notamment vis-à-vis des médias, dont il nous a mis sagement en garde.
Fr Paul

*Philippe Van Vlaenderen, qui a vécu six ans dans le sud tunisien (projet de santé familial), est diacre permanent ainsi que consulteur pour les mariages islamo-chrétiens. Il est aussi accompagnateur d’un groupe de foyers islamo-chrétiens, tout en œuvrant activement au sein de l’association el Kalima au dialogue entre chrétiens et musulmans.
** Sur ce sujet, j’ose vous conseiller un excellent ouvrage de Denis Gira « Le dialogue à la portée de tous…. (ou presque) », edit. bayard, 2012

dimanche 11 mai 2014

A propos du jubilé des sœurs de charité de Notre-Dame-du-Bon-et-Perpétuel-Secours (B.P.S)
La Congrégation des sœurs de charité de Notre-Dame-du-Bon-et-Perpétuel-Secours est la seule congrégation religieuse à avoir vu le jour sur le sol mauricien. Elle a été fondée le 14 juin 1850 par Caroline Lenferna de Laresle (1824-1900) qui, après un noviciat chez les religieuses de Lorette, prononça ses vœux le 1er mai 1849 et prit le voile sous le nom de Marie-Augustine. Elle était soutenue dans la réalisation de son choix de vie par l’abbé Xavier Masuy (1813-1880), prêtre belge arrivé à l’Ile Maurice en juin 1845. Elle bénéficia aussi des conseils du père Jacques-Désiré Laval c.s.sp. (1803-1864) et de la protection de Mgr. Collier o.s.b. (1802-1890) premier évêque de Port-Louis. Elle porte secours, avec ses premières compagnes, aux victimes du choléra en 1855. Elles furent les pionnières des institutions charitables du pays en fondant des crèches, des orphelinats, des dispensaires, des hospices, une léproserie à la route Nicolay, Port-Louis, et un hôpital pour marins. En 1868, elles prirent du service à l’Hôpital civil, aujourd’hui l’Hôpital Jeetoo.
En 1853, la Congrégation ouvre sa première école primaire gratuite à Camp Yoloff au Faubourg de l’Est de Port-Louis. Moins de quinze après, elles avaient ouvert une quinzaine d’écoles à travers le pays. Le Collège du Bon-et-Perpétuel Secours, fondé en 1950, est administré depuis plusieurs années par le diocèse. Aujourd’hui la Congrégation a la charge de trois maisons de retraite pour personnes âgées et une clinique. Les religieuses participent à l’animation pastorale et liturgique dans les paroisses, à la formation des jeunes et à la pastorale de la santé.
Mère Marie-Augustine avait obtenu le statut de droit pontifical pour sa congrégation et la maison généralice se trouve à Rome. Elle y mourut le 28 janvier 1900 à l’âge de 76 ans. Aujourd’hui, la Congrégation est présente 14 pays : l’Ile Maurice, l’Italie, la Belgique, la France, l’Argentine, l’Angleterre, l’Inde, les Philippines, la Pologne, la Corée, le Congo, le Pérou, l’Indonésie et Madagascar.

samedi 10 mai 2014

Horaire de la rencontre des Jeunes de la COREB à  l’abbaye de Maredsous du 23 au 24 mai 2014

Vendredi 23/05

17h00 : Accueil
18h30 : Vêpres plus messe (fr. Damien)
19h00 : Souper
19h45 : Exposé introductif
20h45 : Soirée détente
22h00 : Complies

Samedi 24/05

 7h00: Laudes
 Déjeuner
09h00 : Conférence
10h00 : Pause
10h30 : Carrefour
11h30: Paiement
12h00 : Eucharistie
13h00 : Dîner (en silence)
13h45 : Balade
14h30 : Conférence
15h30 : Carrefour
16h00 : Goûter
16h15 : Plenum (Questions – Réponses)
17h15 : évaluation

17h30 : Au revoir !

jeudi 8 mai 2014

Scourmont 

Ordination sacerdotale de Damien

le 3 mai 2014

Merci bien sûr à vous tous d’être là.
Merci à Monseigneur Harpigny.
Merci à ma communauté monastique pour cet appel au sacerdoce et aussi pour ces années de vie ensemble.
Merci aux moines et moniales des autres monastères qui sont venus nous rejoindre.
Merci aux prêtres, notamment à ceux du diocèse de Soissons qui sont venus nombreux et qui indiquent par ce geste qu’ils ne m’en veulent pas trop d’avoir quitté le diocèse…
Merci bien sûr au Père Joseph et aux personnes de ma paroisse d’origine. J’aurai la joie de les retrouver dans 2 semaines dans le village où j’ai grandi pour présider une eucharistie.
Merci aux laïcs cisterciens, aux amis du monastère, aux membres du personnel.
Merci à tous ceux qui ont préparé cette journée. Un merci particulier à Sylvain, l’organiste, et à Monsieur et Madame Devin pour les photos.
Merci à mes amis, notamment à ceux qui ne sont pas croyants, et qui se retrouvent finalement bien plus souvent dans une église qu’ils ne l’auraient
pensé !
Et enfin, et bien sûr, merci à ma famille ; merci de tout mon cœur à mes parents.
Si vous étiez présents il y a 4 ans lors de ma profession monastique, vous vous souvenez peut-être qu’elle fut ma réaction lorsque, adolescent, je suis venu pour la première fois à Scourmont, où j’avais dit : « une chose est sûre, jamais je ne serai moine ». Mais je ne vous avais pas dit que quand, enfant, on me demandait ce que je ferai quand je serai grand, si je ne répondais pas « agriculteur », je disais avec fierté « je serai prêtre ! » Mes parents, ma famille ont toujours accueilli cette réponse avec respect, me laissant faire mon petit bonhomme de chemin. Mais la plupart des adultes me répondait par un sourire, tout en pensant peut-être : « ça lui passera… » J’eus encore moins de succès dans la cour de récréation où vous pouvez aisément imaginer les réactions que cela a suscitées…et j’avoue avoir été beaucoup plus discret par la suite sur le sujet.
Cet enfant qui voulait devenir prêtre pensait avoir réussi son coup quand, âgé de 20 ans, j’ai eu un rendez-vous avec un supérieur de séminaire. Mais ce que je n’avais pas prévu, c’est que finalement je ne me rendrai pas à ce rendez-vous. Et oui ! J’avais 20 ans et la vie devant moi ! Quelques années plus tard, je pourrais raconter avec amusement l’histoire de cet enfant, tout en affirmant que c’était une histoire ancienne et que, évidemment, vous l’avez deviné : ‘jamais je ne serai prêtre !’
L’appel va pourtant refaire surface à mes 27 ans après une retraite dans cette abbaye où j’étais venu pour donner à Dieu ce que j’appelais ‘une dernière chance’. Un an plus tard, l’enfant tenait sa victoire quand je rentrai enfin au séminaire.
Et puis, à 33 ans, patatras, je choisis la vie monastique. La prêtrise est renvoyée à plus tard, peut-être à jamais. Ma communauté me donne aujourd’hui, à 42 ans, cette grâce et je lui en suis particulièrement reconnaissant. Quant à l’enfant, il peut enfin vous dire avec fierté : « je vous l’avais dit ! »
Mais il faut préciser deux choses importantes. La première : si enfant je voulais devenir prêtre, n’allons pas croire que c’était écrit dans les Cieux, que je n’avais pas le choix et que nous devions forcément nous réunir aujourd’hui. Non, Dieu n’a rien exigé de moi, il m’a simplement offert son amour et c’est en m’engageant dans la vie monastique, ici, que j’ai choisi de lui répondre.
Deuxième précision : ce que nous vivons aujourd’hui n’est pas la réalisation d’un rêve d’enfant, mais le don d’une grâce pour toute l’Eglise de Dieu. Je ne suis pas prêtre pour moi-même, mais pour le service de ma communauté, de l’Eglise, de tous les hommes. Je ne suis pas au bout d’un rêve, comme devant un grand vide. Non, aujourd’hui, comme hier et demain, c’est toujours la même question qui se pose à moi et à chacun d’entre nous : « Seigneur, que veux-tu que je fasse ? » Et la réponse est toujours la même, aussi simple que difficile : « Aime… » Oui, je peux dire que je suis heureux d’être prêtre, mais parce que je suis prêtre d’un Dieu qui, une nouvelle fois, se révèle fidèle à sa promesse, à son Alliance. Et c’est cette fidélité qui ne cesse de m’interpeller, qui ne cesse de nous appeler.

jeudi 1 mai 2014

Monastère Paix Notre-Dame à Liège

La vêture de Sœur Tiziana

le 25 avril 2014

Un bizarre mélange de discontinuité et de continuité avec le passé : c’est dans cette optique que je vois mon chemin monastique, et bien sûr aussi l’entrée au Noviciat.
Il n’y a aucun doute : l’habit est l’élément de la discontinuité ! Tous ceux qui me connaissent ou qui m’ont rencontrée ne pouvaient que me penser en pantalons… moi-même j’ai du mal à me souvenir de ma « dernière apparition » en jupe ! En m’approchant de la Vêture j’ai pu découvrir combien je m’appuyais sur ma façon de m’habiller, combien une « vie sans pantalons » pouvait se révéler pleine d’inconnus et de peurs… et comment seulement un acte de confiance et un certain consentement au dépouillement, avec une gentille poussée du Seigneur et le soutien de la communauté, pouvaient me permettre d’avancer. Et depuis vendredi 25 avril, depuis que j’ai reçu l’habit, je m’étonne de voir et de sentir combien je me sens à l’aise et naturelle… un petit poisson qui a trouvé son eau…
La continuité par contre est dans le nom, le même qu’au Baptême. Une image qui peut bien illustrer le Baptême est celle d’un robinet. Une image peu poétique mais qui donne bien l’idée. Le robinet t’est donné personnellement le jour du Baptême et l’eau est à ta disposition… mais c’est à toi d’ouvrir et de faire courir l’eau… et j’ai découvert qu’avant je puisais goutte à goutte et que c’est seulement en entrant ici, à La Paix Notre Dame, que j’ai commencé à laisser « courir l’eau », à laisser mon Baptême vraiment se déployer ! Et mon prénom de Baptême me rappelle jour après jour que je suis appelée à vivre mon Baptême d’une façon radicale et jusqu’au bout !
Et entre continuité et discontinuité je continue le chemin, avec le Seigneur, avec la communauté et avec tous ceux qui marchent, parfois sans le savoir.
Sr Tiziana

vendredi 25 avril 2014

Abbaye d'Orval
Première profession religieuse
de frère Estephan
le 21 avril 2014
Mon chemin vers Orval a été long et parsemé de diverses découvertes.
C’est au Liban que j’ai entendu l’appel du Seigneur en répondant à l’invitation de plusieurs amis qui m’ont fait découvrir la richesse d’une vie consacrée à Dieu dans l’ancien monastère Saint-Sauveur.
Aujourd’hui, je vis sereinement mon identité multiple. Du Liban, j’ai gardé le goût de la relation et du partage spontané vécu en communauté. Orval m’a ouvert l’esprit à plus de discernement en m’offrant une formation intellectuelle solide. Pour le moment je commence à vivre la synthèse harmonieuse de ces deux approches.
Je découvre petit à petit, grâce à la bienveillance de mon Père Abbé et à la présence de la communauté, une grande liberté intérieure qui me pacifie et qui m’ouvre le cœur à la rencontre de Dieu. Par ailleurs, le cadre d’Orval favorise grandement ma recherche d’équilibre dans le contact avec la nature et le silence qui me parle beaucoup de Dieu au fond du cœur.
Je suis heureux d’avoir fait ma profession simple le lendemain de Pâques après avoir vécu la Semaine Sainte en union avec l’extraordinaire sacrifice de Jésus. C’est pour moi une petite résurrection qui m’a permis de réaliser le bilan de ma vie et de découvrir en moi un homme nouveau.
Comme texte de référence, j’ai choisi le chapitre 53 de Saint Benoît qui affirme que tous les hôtes qui arrivent seront reçus comme le Christ. Un accueil chaleureux donne de la confiance et ouvre le cœur au partage et à la proximité de Dieu.
Enfin, j’ai beaucoup de reconnaissance à Dieu pour tout ce qu’il a fait pour moi, et je remercie ma communauté et les amis d’Orval qui ont partagé avec moi la joie de cette grâce.


Frère Estephan

lundi 31 mars 2014

Réunion CoReB-Jeunes 23-24 mai 2014

Tu as entre 0 et 10 ans de vie religieuse ou moins de 45 ans d’âge

Quelle que soit la communauté religieuse dont tu es membre (contemplative, apostolique, nouvelle…), les jeunes de la COREB (conférence des religieuses/religieux en Belgique), t’invitent pour un temps de formation, d’approfondissement et de rencontre fraternelle.

Avec le Dr. Philippe Van Vlaenderen, ordonné diacre pour œuvrer au dialogue islamo-chrétien, nous te proposons le thème :   
« A la découverte de l’Islam… »

À ton agenda : du vendredi 23 mai (17h00) au samedi 24 mai 2014 (17h30) au Monastère de Maredsous.

mercredi 19 mars 2014

Journée de prière pour les missionnaires martyrs
En vérité, je vous le déclare, personne n'aura laissé maison, frères, sœurs, mère, père, enfants ou champs à cause de moi et à cause de l'Evangile, sans recevoir au centuple maintenant, en ce temps-ci, maison, frères, sœurs, mères, enfants, et champs, avec des persécutions et dans le monde à venir la vie éternelle. (Mc 10,29-30)

Ce 24 mars nous célébrons la journée de prière pour les missionnaires martyrs. C'est l'occasion pour nous rappeler nos confrères et consœurs, qui ont donné leur vie pour témoigner du Christ. Les martyrs ne datent pas des heures sombres de l'Eglise que nous pensons toujours très lointaines. Aujourd'hui, nous vivons une époque de grande persécution. Le nombre d'évêques, de prêtres, de religieux et religieuses ainsi que de laïcs tués à cause de leur engagement pastoral entre 2000 et 2013 est tristement impressionnant.
L'Agence de presse Fides a répertorié pour la seule année 2013, 23 opérateurs pastoraux assassinés. A ce chiffre nous pouvons encore ajouter un prêtre américain qui a été tué dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2014 en Californie. Mais selon la même agence de presse, le nombre répertorié est bien en-deçà de la réalité.
Pour la période de 2000 à 2013, on dénombre un ensemble de 349 tués. Tous les continents sont concernés par ces atrocités. Pour l'année 2013 : sur les 24 tués, ils sont seize américains, trois africains, trois asiatiques et deux européens.
Aux listes provisoires rédigées chaque année par l’Agence Fides, doit toujours être ajoutée la longue liste de ceux dont on n'aura jamais connaissance voire même dont on ne connaîtra jamais le nom et qui, dans tous les coins du globe, souffrent et paient de leur vie pour leur foi au Christ.
« Pensons à tous ces frères et sœurs chrétiens qui souffrent des persécutions à cause de leur foi. Ils sont si nombreux. Sans doute beaucoup plus qu’aux premiers siècles. Jésus est avec eux. Nous aussi, nous sommes unis à eux par notre prière et notre affection. Nous avons aussi de l’admiration pour leur courage et leur témoignage. Ce sont nos frères et sœurs, qui, dans tant de parties du monde, souffrent en raison de leur fidélité à Jésus Christ. Nous les saluons de tout cœur et avec affection ». (Angélus du 17 novembre 2013).

lundi 17 mars 2014

Journée de la vie Religieuse à Beauraing

Nous étions une soixantaine de Religieuses, Religieux et membres d'Instituts séculiers rassemblés autour de l'évêque Mgr. Vancottem ce dimanche 16 mars à Beauraing.
Après les laudes chantées, le P. Benoît Malvaux s.j. nous fait découvrir quelques traits de la personnalité du Pape François. Nous constatons ensemble que le Pape interpelle le monde et l'Eglise par sa manière d'être.
Il étonne surtout par sa grande liberté à l'égard des traditions et coutumes et donne priorité à l'humain. Il prend aussi une grande liberté par rapport à sa manière de gouverner l'Eglise. Tout doit être orienté vers notre mission qui est de proclamer l'évangile en le vivant pleinement. Mais cette liberté est déjà un trait de notre consécration religieuse par les trois vœux évangéliques. La question qui nous est posée est la suivante : « Là où je suis aujourd'hui, comment grandir en liberté à l'exemple du Pape François pour contribuer à la proclamation du Royaume ?
La liberté doit nous conduire vers la mission. Les conclusions du Concile Vatican II sur la vie religieuse conduisaient à considérer trois aspects : la consécration (qui parle de notre identité), la communion (de la vie consacrée avec les instances de l'Eglise) et la mission. Si les deux prédécesseurs du Pape François ont surtout développé les deux premiers aspects, à savoir l'identité et la communion, François porte son regard surtout sur la mission. Il ne s'agit pas tellement de se préoccuper de nous-mêmes, mais plutôt de se décentrer et d'aller vers le monde. Ce deuxième point se conclut aussi sur une question : « Le pape nous invite à donner priorité sur la mission. Mais aujourd'hui, comment avec nos forces, nos faiblesses, nos grâces et nos péchés pouvons nous être missionnaires ? »
Concernant la mission, le Pape François voudrait nous suggérer de prendre la perspective depuis la périphérie; c'est-à-dire comprendre la réalité à partir de la périphérie. Nous ne nous posons plus la question vers qui nous devons aller, mais plutôt : « à partir de qui regardons-nous le monde ? » Mettons nous dans la perspective du bon Samaritain qui s'est fait le prochain pour le souffrant. Ainsi, le P. Malvaux a conclu cette troisième partie de son discours avec la question : « Qu'est-ce que cela signifie pour nous d'aller vers la périphérie et de penser le monde à partir de cette périphérie ? »
Nous avons continué notre réflexion dans la prière et dans les carrefours. Nous avons conclu cette belle journée autour de la table de l'Eucharistie.

dimanche 2 mars 2014

“Réjouissez-vous ” la première Lettre circulaire adressée aux consacré(e)s 

La première Lettre circulaire adressée aux consacré(e)s vient de sortir, elle ouvre un itinéraire spirituel vers 2015, année que l’Eglise dédie à la Vie Consacrée. La lettre qui a pour titre: "Réjouissez-vous", écrite par la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, a été présentée mercredi 26 février 2014 dans l’Auditorium de l’Université Pontificale Urbaniana de Rome.
(http://vd.pcn.net)

Pour l'instant la lettre n'existe qu'en espagnol. Vous pouvez la consulter ici.

jeudi 20 février 2014

Monastère Paix Notre-Dame à Liège
Première profession religieuse de Sœur Charlotte
le 10 février 2014

Ecrire quelques mots au sujet de la profession triennale…? Pas évident à exprimer!
Un engagement dit “temporaire” mais qui ne peut être vécu, dans le désir et le sens qu’on lui donne, que comme un don entier, sans retour…
Une chose m’a frappée : d’un côté il s’agit d’un évènement public, officiel. C’est là son sens : dire son engagement à Dieu devant une communauté qu’on a choisie et qui nous a choisis aussi, pour vivre ensemble notre consécration. Et d’un autre côté, c’est un engagement extrêmement intime, personnel… Plus que jamais, il s’agit de notre histoire indicible avec Dieu, ce qui se vit en nous, “dans le secret”, que nul mot ne peut exprimer…
Etonnement d’une réponse qui m’engage pour la vie, étonnement d’un appel sans cesse renouvelé, étonnement d’un amour. Je ne cesse pas de m’en émerveiller : “Pas de paroles dans ce récit, pas de voix qu’on puisse entendre, mais pour toute la terre en ressortent les lignes…” (psaume 18, 4)… Une stance qu’on chante à Noël dit si bien ce mystère : “Oh merveilleux échange, mystère de l’amour, Jésus, nous demeurons en Toi…”
J’ai aimé que cela se passe durant notre messe habituelle de 6h50, aux aurores, dans la douceur du matin. Il est bon que cet engagement soit inscrit dans le quotidien, dans l’ordinaire des jours. Alors plus que jamais, l’élan d’être “en marche”, pèlerin des Béatitudes à accueillir au jour le jour, avec leur paradoxe parfois déroutant… Mais main dans la main avec Celui qui m’a conviée à tout partager avec Lui… En marche dans la communion avec ma communauté, avec tous mes frères et sœurs.
Joie aussi de partager cette vocation avec les jeunes religieux de Belgique et du monde! Qu’il me soit fait, qu’il nous soit fait, selon Sa Parole…!

Sœur Charlotte

mardi 18 février 2014

Monastère Notre-Dame d’Hurtebise

L'entrée au noviciat de Sœur Marie-Gédéon
le 10 février 2014

Sur nous Seigneur que s’illumine ton visage … (Ps4)
Tu mets dans mon cœur plus de joie … (Ps4)
Que j’offre gratuitement ce que je reçois gratuitement de toi, Seigneur !

L’étape de l’entrée au noviciat pourrait être associée uniquement à un changement extérieur : recevoir l’habit et un nom. 
Pour ma part, la proposition d’entrée au noviciat a, dans un premier temps, tout chamboulé bien qu’il me semblait « logique » de poursuivre le chemin de découverte de l’Amour débuté quelques mois plus tôt au sein de la communauté.
Un peu de patience, un peu de recul, beaucoup d’écoute reçue et un peu de spéléo intérieure … le calme est revenu. Mais on n’en est pas resté là. Je me suis sentie portée par la communauté encore plus fortement. Aussi, j’ai choisi de me laisser guider à davantage d’ouverture, à un brin supplémentaire de confiance en l’Autre, à un soupçon d’abandon … et j’ai reçu en cadeau de la sérénité. 
Grâce à la retraite, moment privilégié qui précède le jour d’entrée, mon chemin fut nourri et se développe encore aujourd’hui.
Finalement, en ce qui me concerne, ce fut comme une renaissance, comme un rebondissement. Dans une ambiance heureuse, j’ai franchi le seuil du noviciat avec joie et paix intérieures.

Merci Seigneur pour tant de Joie et de Liberté ! Continuons la route !

Sr Marie-Gédéon

mercredi 29 janvier 2014

Présentation de l'Année de la Vie Consacrée 2015

Ce vendredi 31 janvier 2014, le Cardinal João Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique donnera une conférence de presse pour l'année de la Vie Consacrée 2015.
A suivre en direct sur le site de: Centro Televisivo Vaticano entre 11:30 et 13:00 heures.
http://www.radiovaticana.va/

Cité du Vatican, 31 janvier 2014 (VIS). Ce matin près la Salle de Presse, le Cardinal Joao Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, assisté de Mgr.José Rodríguez Carballo, OFM, Secrétaire du dicastère, a présenté l'Année de la vie consacrée, annoncée le 29 novembre dernier par le Pape à la fin de sa rencontre avec les supérieurs généraux et sur

lundi 27 janvier 2014

Fête de la Vie Consacrée

Dans le diocèse de Namur:
Fête de la vie consacrée: le 16 mars 2014 à Beauraing
Le Père Benoît Malvaux abordera lors de cette journée le thème:
"Le Pape François, cherche à créer un nouveau visage de l'Eglise. Qu'apporte-t-il, qu'a-t-il introduit qui puisse rejaillir sur la Vie Consacrée vécue actuellement dans notre société, et ce, à travers toutes ses formes? Comment, son attitude a-t-elle un impact sur notre manière d'être et d'agir dans le quotidien?"

Le programme de la journée
09:00 accueil
09:45 laudes
10:00 premier entretien
11:00 formulation éventuelle de quelques questions
11:15 adoration (possibilité de confession)
12:15 temps libre
12:30 repas puis temps libre
13:45 partage, questions à soumettre
14:45 remonté du vécu, possibilité d'un témoignage personnel, des questions, en présence du P. Malvaux
15:30 temps libre
15:45 eucharistie

  

mardi 21 janvier 2014

Rencontre de la CoReb-Jeunes 
du 29 au 30 novembre 2013


A la veille du premier dimanche de l'avent, les jeunes religieuses et religieux de la Coreb Jeunes se sont réunis autour du thème : "La question des abus sexuels dans l'Eglise de Belgique et ses développements actuels. Vers une action concertée pour mieux accueillir, mieux comprendre, mieux prévenir." Le conférencier était le Père Daniel Sonveaux, s.j. Il est aussi le délégué de la COREB  pour les questions liées aux abus sexuels dans l'Eglise, et qui est à ce titre membre de la Commission interdiocésaine pour la protection des enfants et des jeunes et du Conseil de surveillance de la Fondation Dignity.
Nous nous sommes réunis dans la communauté des Frères Maristes à Habay-la-Vieille.