Vie et joie à vous qui cherchez Dieu!

jeudi 24 décembre 2015

ÉVÊCHÉ DE LIÈGE Liège, 22 décembre 2015
Message de Noël de l'évêque aux religieux, religieuses et personnes consacrées
Chers Frères et Soeurs engagés dans la vie religieuse et la vie consacrée,
À la veille de Noël et à l’aube de l’an nouveau, dans le dynamisme du début de cette année jubilaire de la miséricorde et en cette année de la vie consacrée, je tiens à vous adresser mes meilleurs voeux de bonheur et de féconde vie consacrée.
Il est vrai que l’année écoulée ne nous a pas épargnés en matière de défis à notre vie ecclésiale : qu’il s’agisse de scandales dans notre Église ou de défis à l’évangile dans la violence mondiale de ces derniers mois. Cela peut engendrer la peur ou le découragement.
Mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. La vie consacrée est ancrée dans le baptême qui fait de nous tous un peuple (un « laos », en grec) de prêtres chargé d’annoncer sa parole (1 Pie 2,9). Cet engagement n’est pas seulement une mission, car il se base sur un sacrement, le baptême. Le sacrement est un signe efficace du salut. Donc l’engagement dans la vie consacrée est une expression sacramentelle avant d’être une mission dans l’Église. Cet engagement ne peut se vivre qu’à la lumière du symbolisme qu’il recouvre. Il est le signe qu’on est baptisé dans le Christ (Ga 3,27) ; par vos voeux, vous êtes en outre consacrés au Christ qui se donne à l’humanité. Baptême signifie « plongeon ». Vous êtes plongés dans le mystère du Christ, pour devenir sa voix et son visage dans notre monde. Ce don de soi vécu par Jésus se manifeste par la consécration qu’il vous offre de vivre.
Au moment où nous fêtons Noël, il est important de nous en ressouvenir. Jésus, à sa naissance, est déjà un visage et une voix, il est une personne, mais combien fragile et humble. Pourtant il est porteur d’avenir, il est l’avenir de l’humanité, il est la « Gloire de Dieu dans les cieux et la paix sur terre aux hommes qu’il aime » (Lc 2,14). Recevons donc ce message de Noël pour nous, afin que nous le reflétions autour de nous. Retrempons- nous dans ce mystère originel du don de soi de Jésus, qui bouleverse l’humanité. Arrêtons-nous pour le contempler, pour prier et pour retrouver en lui des forces nouvelles.
Cette occasion me permet de remercier le Seigneur pour le cadeau que vous êtes, chacun et chacune comme personne différente du voisin, au service de notre Église locale. Cette occasion me permet aussi de vous remercier pour la consécration que vous avez reçue et que vous manifestez, en réponse à l’invitation que le Christ vous adresse, comme l’invitation qui fut adressée aux bergers durant la nuit de Noël. Restez des bergers fidèles, comme ceux qui ont visité Jésus les premiers. Soyez des religieux, des religieuses et des personnes consacrées qui reflètent le visage de leur bon pasteur et qui font retentir sa voix par votre personne.
Je prie pour chacun et chacune d’entre vous. Priez pour moi et prions les uns pour les autres ! Je souhaite à chacun de vous une très bonne fête de Noël et une excellente année 2016 !
Jean-Pierre Delville, votre évêque

samedi 5 décembre 2015

Jubilé extraordinaire de la MISERICORDE

Ce 8 décembre, lors de la solennité de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie, le Pape François ouvrira l'année jubilaire de la miséricorde. Ce jubilé extraordinaire va durer jusqu'au 20 novembre 2016, fête de notre Seigneur Jésus Christ, Roi de l'Univers.

Dans cet article, nous présentons le logo de cette année jubilaire. Le logo est une œuvre du Père Jésuite Marko Rupnik.

La devise

« Miséricordieux comme le Père » (Lc 6, 36). Dans ce passage de l'évangile de Luc, Jésus nous révèle la nature du Père : Il est amour jusqu'au bout. Si nous disons que Dieu ne juge personne, qu'il pardonne à tous les pécheurs, cela ne veut pas dire qu'il accepte le mal, mais son amour et son pardon dépassent infiniment le mal.

Le logo
L'amour de Dieu ne vient pas d'en haut, mais d'en bas. Le Christ porte l'homme égaré sur ses épaules. Il est en-dessous. Il relève l'homme. Jésus le bon pasteur est reconnaissable à ses blessures du vendredi saint aux pieds et aux mains. Mais nous apercevons également la croix sous ses pieds. Ce Jésus victorieux sur le mal, viens chercher l'homme tombé.

Un détail nous frappe. On y voit deux visages, mais seulement trois yeux. Le regard du Christ et celui de l'homme se confondent. Jésus Christ parfaitement homme et parfaitement Dieu est le lien, le symbole, celui qui uni notre monde avec le monde de Dieu. Jésus nous conduit de notre transcendance noire (le péché et la mort : c'est la fin!) vers sa transcendance lumineuse (l'amour et de la vie sans fin !).

(Fr. R.D.)