Vie et joie à vous qui cherchez Dieu!

lundi 17 novembre 2014

Beauraing

Rencontre de la CoReB Jeunes

14 - 15 novembre

A trente religieux et religieuses nous nous sommes réunis au sanctuaire de Beauraing autour du thème de : « l'affectivité et le célibat. » Sœur Bénédicte de Brouwer de Rixensart nous a guidés dans ce thème passionnant qu'est le psychisme humain. Elle a exposé les trois phases de la psychanalyse : le stade oral, le stade anal et le stade phallique pour montrer les applications dans le vie religieuse.
Le stade oral donne la perspective du « devenir indépendant ». L'application dans la vie religieuse est de grandir dans une liberté, c'est-à-dire d'éviter les relations fusionnelles de tout genre. Et se donner un espace de solitude où on peut intérioriser ses possibilités et ses limites. Cette phase s'articule sous la forme d'une présence/absence de l'autre, de l'Autre. Dieu ne comble pas nos désirs affectifs, mais il se révèle alors comme le tout Autre que nous pouvons rencontrer.
Le stade anal mène sur la voie de « pouvoir être ce que je suis et apprendre à vivre avec les autres. » Dans le concret de la vie religieuse, le but est de trouver sa propre place, et supporter patiemment les petites corrections, voir même les injustices à notre égard. C'est dans cette épreuve du quotidien, qu'avec l'aide de l'humour on arrive à vaincre les difficultés de nos imperfections. Ces dernières doivent être intégrées et acceptées par nous-mêmes. Elles sont probablement ce qui fait de nous des êtres aimables.
Enfin, le stade phallique nous fait « entrer dans l'histoire en tant que femme et en tant qu'homme. » Dans la vie religieuse, le célibat librement choisi et intégré rend la femme plus femme et l'homme plus homme. Le fruit du célibat est « la capacité d'assumer les inévitables frustrations et déceptions de la vie. »

Nos réunions semestrielles sont cependant bien plus que le thème choisi. Elles sont des échanges de regards, de paroles et de prières qui nous portent dans le quotidien. Elles nous font sentir frères et sœurs dans la vérité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire